Posts tagged ‘Coupe de France’

Salut les (sur)vivants.

Ça fait plaisir de revenir pour le dernier match de la saison, même si elle n’est que française à défaut d’européenne. Voilà qui achève parfaitement un exercice 2015-2016 qui, malgré quelques regrets et couacs de communication, restera historique devant les records et sommets atteints.
Oui, je sais, on ne sait pas trop si je parle de l’OM, du PSG ou de Zlatan mais c’est fait exprès : réfléchir au sujet me ferait trop mal au coeur.

-15e Ça tape dans le ballon partout en Europe ce soir, avec les finales de coupes locales à Berlin avec une superbe affiche ou à Londres avec des prolongations palpitantes. Nous, le seul truc qu’on va se taper, c’est un match pourri.

-14e Enfin c’est surtout nous qui allons nous faire taper. Genre à ce que ma femme craque. Littéralement.

-10e Ces avant-matchs de finale de Coupe de France, c’est beau comme un photomontage de Michel.

-9e C’est officiel, ce match est bien le jubilé Zlatan. Une défaite avant le coup d’envoi, je ne sais si on avait déjà fait cette saison.

-8e Fletcher, Thauvin et Barrada : Passi a mis les remplaçants pour déstabiliser les Parisiens ?

-7e Ha merde, ce sont les titulaires ?

-5e Notre fanion est toujours fièrement sur la coupe. Profitons-en, dans 90 minutes, il sera jeté à la poubelle.

-1e Lors du toss, Mandanda, déjà en larmes, refuse de lâcher Thiago Silva et demande l’asile politique

Coup d’envoi.

1e Barrada a du trop regarder les résumés de Vikash Dhorasoo et tente la frappe de loin. Résultat, il est déjà cramé.

2e Ça risque d’être très long. 0-1

5e Barrada a récupéré mais son ouverture termine en 6 mètres. Je veux mourir. Encore.

6e Mais cette fois, je veux aller en enfer directement, ce purgatoire est vraiment trop pénible.

7e Et je refuse tout aménagement de peine.

11e Thauvin se retourne et rate son tir qui du coup, rentre. 1-1

12e Je n’ai jamais beaucoup aimé Thauvin mais là, m’y faire croire de la sorte et me forcer à regarder jusqu’au bout, je trouve la vengeance mesquine.

13e Manquillo doit avoir peur qu’on lève sa clause et tente de tromper Mandanda sur une tête en retrait.

20e Paris n’ose plus, ils doivent craindre un contre de l’ogre marseillais.

21e Ou alors ils ont juste vu comment nous tirons nos corners et savent qu’ils récupéreront la balle aussi vite sans presser.

22e Interception d’Isla, remise de Fletcher, débordement de Thauvin, touche. Vivement l’année prochaine.

24e Rekik remet plein axe, mais malheureusement sur Nkoulou. Dommage Karim, je sais que tu as les ressources en toi et que tu vas y arriver.

25e Fletcher nous fait un air contrôle. A moins que ça ne soit une air remise ou un air tir. Ce qui en faisait bien la recrue parfaite pour notre air saison.

27e Rekik a gagné un duel contre Cavani. Il entame un tour du stade en hurlant.

29e C’est drôle, eux, leurs coup-francs, ils les tirent dans le paquet.

31e Tout se passe comme prévu avec un match chiant entre le laborieux OM et le flamboyant PSG. Nous ça va, on a l’habitude, mais imaginer les supporters du PSG qui s’infligent ça me met un peu de baume au coeur.

33e Les joueurs du PSG devraient redescendre sur terre et se rappeler des règles du foot de cour de recréation. Bien sur qu’il n’y a pas de main de Thauvin, il y avait juste changement de gardien !

35e Ouverture de Barrada en touche. Je reviens sur ce que j’ai dit plus tôt : qu’il prenne ma place en enfer.

36e Et qu’Alessandrini parte avec lui.

41e Cette frappe de Michy… Comment vous l’expliquer ? A part Alessandrini, je crois que tout le monde aurait fait mieux.

42e Barrada se relève. Le Parisien est soulagé et s’excuse auprès de ses partenaires, il a eu chaud.

43e Coup franc pour nous, mais 3 secondes après, c’est Rabiot qui fait la connaissance de son futur remplaçant. Dis bonjour à Tonton Lassana minot.

44e Nos joueurs sont seulement à une tête d’un immense exploit. Le problème, c’est que ça sert quand même.

Mi-temps. Pour son dernier match, je dois dire que Margarita tape bien dans le buffet. Mandanda, lui, tape dans le Lexomil. Entre autres.

Regarde, Steve, la lumière au bout du tunnel !

Regarde, Steve, la lumière au bout du tunnel !

46e Heureusement qu’il avait pris du rab pour tenir la seconde mi-temps : faute de Nkoulou sur Matuidi, pénalty, Zlatan, 1-2

47e Un tel niveau d’auto sabordage, sur toute une saison, ça force quand même le respect.

48e Rekik, qui n’y est pour rien sur cette action, fait de grands sourires. Ça serait marrant que Mandanda le voit.

51e Mandanda me fait très peur. Je pense même qu’il va arrêter le foot.

52e Diarra par contre, lui, il cavale toujours. A croire qu’il passe un entretien d’embauche.

58e A force de creuser, on va bien finir par trouver du pétrole. Et du coup un investisseur saoudien. Malin. 1-3

63e Reprise de Barrada. Le trafic aérien peut reprendre, elle était contrée dès le départ.

65e Je vois Alessandrini s’échauffer, notre supplice n’aura donc jamais de fin.

66e Romao le rejoint. Quand il n’y en a plus, il y en a encore.

69e Barrada sort sur blessure et Djadjédjé le remplace. Le stade commence une hola.

81e Et dire que certains d’entre vous se demandaient si Mandanda allait rester… 1-4

87e Et dire que certains d’entre vous se demandaient si Batsuahy allait rester… 2-4

89e Prendre la place sur le terrain d‘une légende, voilà qui consolera Kurzawa de s’être fait prendre la sienne sur le banc de l’équipe de France par Luca Digne.

90e Et donc Zlatan Ibrahimovic quitte la France avec 11 buts marqués à Steve Mandanda. Et il faudrait être reconnaissant envers ce type ?

90e+4 Lucas efface Mandanda mais rate le but vide. Lui aussi il passait un entretien d’embauche ce soir ?

90e+5 Ou alors il aime les comptes ronds et il s‘est dit que le PSG n’aurais jamais le temps de conclure le premier set avant le coup de sifflet final.

Fin du match. Il aurait été ironique de finir cette saison sur une qualification européenne. Merci aux dirigeants du foot français d’avoir changé la règle d’attribution des places, l’Europe n’est pas prête pour notre football.

90e+10 Après ça, je crois que nous pouvons attendre le mercato sereinement.

90e+11 D’une part parce que nos mercatos sont souvent nawaeskes, et d’autre part parce que le fond aura déjà été atteint cette année.

90e+12 Enfin j’espère…

Bob-Loulou

Salut les vivants,

Il y a un nouveau : il s’est tellement indigné en voyant la réalisation du match de dimanche qu’il est venu regarder celui de ce soir avec moi. En plus, c’est peinard : on n’y risque plus une balle perdue de Kaboré.

J’espère que ce soir nous nous en sortirons mieux que dimanche. Surtout que ce soir le patron ne sera pas avec nous, il est occupé à chercher son nouvel attaché de presse. Depuis que Nkoulou baisse de régime, il est en plein doute.

Sans transition, le match.

-4e Une coiffure à faire la poussière sous les meubles, un numéro 7 sur le dos, une gonzesse siliconée. Heureusement que Ménez fait la tronche pour que l’on puisse le reconnaître.

-3e Soucieux de rattraper la gaffe de dimanche dernier, le responsable de la sono du Parc diffuse l’hymne du Barça.

-2e Baup reconduit la même équipe que dimanche. C’était sûrement trop cher de faire monter de nouveaux joueurs de Marseille.

-1e Carlo Ancelotti adopte à sa sauce le concept du “Où est Charlie ?” en alignant David Beckham, Zlatan Ibrahimovic et Zoumana Camara.

2e Ibrahimovic est hors-jeu, je me demande même s’il a bougé de là depuis dimanche.

4e Superbe ouverture en retrait de Valbuena. Gameiro ne peut en profiter.

6e Pendant ce temps là, Bordeaux est en difficulté, Raon les tape.

9e Vraiment, ce sponsor maillot PMU, c’est d’un goût…

10e Ceci étant dit, pas de tromperie avec l’OM : ce sont bien des bœufs qui courent.

17e Corner de Beckham, parfaitement exécuté, la mèche n’a pas bougé. Du travail de pro.

25e Faute de Barton qui s’appuie sur la Beck’canne.

34e A force de s’entraîner avec Gignac, Mendes a oublié qu’un attaquant peut aller vers le but. 1-0

36e Je ne comprends pas bien pourquoi Barton et Ibrahimovic parlent de phoques.

37e Bien au chaud dans ses gros chaussons, Diawara reste philosophe : “in vino veritas”. D’après lui ça marche aussi avec le gin.

40e Corner concédé par Camara devant Morel, il n’a papus faire autrement.

43e Ouverture de Romao, l’ensemble des propriétaires de maisons en Île-de-France sont inquiets.

Beckham avait un plan anti-Barton.


Mi-temps. Comme pour Benoit XVI, ils sont nombreux à être venus aux adieux des espoirs olympiens.

46e Discrètement, Baup tente de se rasseoir du côté du banc du PSG. Il est aussitôt dénoncé par Labrune.

49e Coup-franc pour Gignac. Les prix de l’immobilier s’effondrent en Île-de-France.

53e Le problème avec Alaixys Romao, c’est que les fautes techniques commencent dès le prénom.

57e Sur un contre marseillais, Gignac se trompe de côté pour l’alignement. Et reste plusieurs secondes hors-jeu de trois mètres.

60e L’iBra, c’est quand même encore un truc surfait qu’on essaye de nous vendre comme le dernier bidule à la mode.

62e Mais au final, c’est dur de s’en passer. Penalty obtenu et transformé. 2-0

63e Ancelotti avait raison : à voir son implication sur le but, Morel pourrait jouer au PSG.

65e On a désormais la preuve que Gignac peut passer un joueur en vitesse pure. Il suffit que ce dernier ait 38 ans.

67e L’OM, on dirait le Sénat italien : du monde à gauche, du monde à droite, mais personne pour conclure.

70e André Ayew tacle Van Der Wiel pour vérifier le mythe du Hollandais volant.

75e Entrée de Lavezzi. Je suis sûr qu’à la fin du match, il aura plus cavalé que Beckham.

82e Ce sera finalement un centre de Morel. L’heureux gagnant est un certain Adrien de Saintry-sur-Seine au fin fond de l’Essonne. Espérons que les travaux ne dureront pas trop.

85e Sortie de Beckham. Très grosse prestation. Autant dans la mise en place que dans le replacement, la mèche est encore parfaite.

86e Et ce alors qu’elle a fait connaissance avec la crête de Jordan Ayew.

88e Pas avare d’une petite humiliation supplémentaire, Ancelotti fait rentrer Tiené.

90e Baup lui fait signe de regarder son banc, Ancelotti se déclare vaincu.

90+4 Il y a du Maazou et du Jemâa dans ce Gignaac.

90e+5 Les supporters de l’OM doivent avoir l’impression d’être plongés dans Groundhog day.

Bob-Loulou.

Salut les vivants,

Il y a deux ans, quand on jouait les Diables rouges, c’était de Manchester United dont on parlait. Aujourd’hui, d’un club de National. Ça me rappelle quand Bouchet a remplacé Drogba par Luyindula, ou quand Margarita m’a remplacé par Labrune.

-5e Quand on voit l’allure des couloirs du stade avant l’entrée des joueurs, on sent que ce soir ça va pécher à la finition.

-3e Valbuena est très énervé : Gollum Ennjimi lui a demandé d’enlever son anneau.

-2e Ce soir, gros duel Diawara contre Fontaine. Je serais le Rouennais, je me méfierais.

-1e Diawara, lui, est serein. Après tout, c’est juste Fontaine.

4e Rouen doit avoir un grand président : je n’ai qu’un centre d’entraînement à mon nom, alors que Robert Bidochon a son stade.

11e Déjà trois fautes et un carton jaune pour Barton. Sûrement l’air de l’Angleterre.

17e Jahier dézone à gauche. On dirait les Jahier du Foot.

22e Clin d’oeil de Valbuena à son portier, qui lui montre qu’il sait lui aussi placer le ballon sur la barre transversale.

25e Sur les têtes de Cheyrou, les gardiens adverses ont toujours moins de boulot que les ramasseurs de ballons.

27e Clin d’oeil de Jordan Ayew à son portier, qui lui montre qu’il sait lui aussi placer le ballon sur la barre transversale.

30e Valbuena décale son ailier mais l’ouverture n’est pas à Sougou.

42e Clin d’oeil de Defourny à son homologue, qui lui montre qu’il sait lui aussi encaisser un but après un rebond. 0-1

Mi-temps. Labrune regarde sa montre. En quinze minutes et avec l’Angleterre juste à coté, il lui est peut-être possible de vendre un ou deux joueurs.

48e L’ailier rouennais reste au sol après un contact aérien. C’est qu’elle est fragile, la colonne de Burel.

57e Entrée d’Asbabou, que son club a acheté à la Foir’Fouille.

60e Sur un centre-tir de Sougou, le gardien de but rouennais tombe dans son but (ou juste devant) avec le ballon. L’arbitre accorde le but et les Rouennais, furieux, viennent lui dire des Modou. 0-2

Sougou ne sait pas vraiment de quel côté de la ligne est tombé le ballon.

Sougou ne sait pas vraiment de quel côté de la ligne est tombé le ballon.

61e Le vrai scandale, c’est qu’avec le capharnaüm qui a suivi cette action, Sogou s’est fait voler la célébration de son premier but.

62e Pas de chance pour les supporters du FC Rouen, qui doivent avoir l’impression, après 1993, de toujours de faire Völler par l’OM.

67e Mandanda est tellement en confiance en ce moment que même lorsqu’il réalise un exploit, cela finit au fond. 1-2

68e Ouf. Je ne vous cache pas que mener par deux buts d’écart, cela me rendait un peu nostalgique.

69e Coup franc pour Rouen, mais le gardien ne monte pas. La Coupe de France, ce n’est plus ce que c’était.

70e Depuis quelques minutes, l’ambiance sent le souffre. A moins que ce ne soit un relent de l’usine qui a explosé la semaine dernière.

76e Tiens, un corner sur lequel on n’encaisse pas un but.

85e Cheyrou est devenu un parfait transparing partner.

87e Belle frappe du Marseillais prêté à Rouen. Mais Mandanda, les frappes d’Ammari, les lit sans problème.

90e Sur un contact, Lucas Mendes se relève le visage ensanglanté. S’il n’était pas sorti, je dirais que c’est Michel Rodriguez qui lui a mis un coup de machette.

90+2e Sur le dernier corner du match, le gardien rouennais monte, mais manque de peu le ballon. Pour la troisième fois de la partie.

Bob-Loulou

Salut les vivants,

Au coeur de la plus mauvaise série marseillaise depuis 1979 (non, Plus belle la vie, cela ne compte pas), heureusement que la Coupe est là pour nous remonter le moral. Quoique je ne vois pas trop comment une défaite pourrait nous qualifier ce soir encore.
On me fait signe que notre adversaire n’a plus gagné depuis le 20 décembre. C’est bon signe. Une série s’arrêtera ce soir. Six pieds sous terre.

Le Mad Professor continue à creuser.

Sans transition le film du match.

0e Pour mettre toutes leurs chances de leur côté, les joueurs de Quevilly arrivent déguisés en arbitres.

1e Sur l’engagement, Quevilly cherche la touche loin dans le camp marseillais. Six mètres.

3e C’est quand même con de ne pas aligner Valbuena contre Dortmund.

5′10″ Gignac est trouvé côté gauche, en bonne position.

5′11″ Le patron se pointe et ricane.

5′20″e 1-0 pour Quevilly. Je ne peux pas vous décrire l’action. Comme Valéro, l’attaquant de Quevilly, j’ai fermé les yeux.

6e Labrune est un pro. Pas mal d’avoir convaincu les joueurs de renoncer à toutes leurs primes de match d’ici le nouveau stade.

12e Le superviseur du Bayern est furieux : “Merde, je me suis trompé de stade”.

16e Heureusement qu’on n’est pas tombé sur Quevilly en Ligue des Champions.

19e Je sais bien qu’Eurosport ne diffuse plus que des sports extrêmes mais, là, c’est quand même très limite.

22e Malin, l’OM se déguise en petit poucet et multiplie les pertes de balle afin de faire sortir Quevilly et pouvoir lancer des contre-attaques.

Le charme de la Coupe de France n'a pas opéré: le petit poucet est sorti.

32e Labrune a raison: ce n’est pas Lucho qui va nous aider à gagner le match.

38e Avec tout l’argent qu’il va gagner en misant sur une série de six défaites consécutives, Labrune va pouvoir racheter Pastore, Messi et Van Persie. Fort.

43e Première occasion pour l’OM, un centre, dévié, de Fanni boxé par le gardien de Quevilly.

44e Brandao rate même ses simulations en plongeant une seconde trop tard.

Mi-temps Je suis complètement démorélisé. Et il y a encore 45 minutes…

49e Deschamps est confiant, il tient son Carquefou, comme Gerets.

50e Je crois que Brandao ne sait contrôler le ballon que du dos. Cinquantième contrôle du pied raté. En revanche, la faute du dos qui suit est validée.

52e Dans ces moments de tragédie nationale, merci à l’OM d’apporter un peu de dérision.

56e Encore une transversale ratée. Si le tireur avait été un joueur de l’OM, les trois gamins de Toulouse joueraient toujours dans la cour d’école.

60e Compatissant, un joueur de Quevilly fait tout son possible pour nous aider à sortir Jordan Ayew du terrain.

63e Deschamps rappelle que c’est encore lui le patron et sort Brandao pour Rémy.

64e En Italie, Claudio Ranieri avale son douzième fer à repasser en soixante minutes.

72e Un match à Caen entre deux équipes improbables: ça sent le jubilé Ronald Zubar.

85e Putain, ces cons vont m’infliger une prolongation. 1-1

90e 1-1 à l’extérieur, ce n’est pas si mal. Il suffit de tenir le 0-0 au match retour.

105e Deschamps est serein, Bracigliano a récemment pu s’entraîner aux tirs au but.

110e Ayina, l’attaquant de Quevilly profite de l’ombre de la caravane que tire Diawara pour s’infiltrer et reprendre un ballon de volée aux 6 mètres. 2-1

111e Fanni, André Ayew et Rémy insistent: ils veulent aller aux tirs au but. 2-2

117e Bracigliano rassure ses coéquipiers: ils seront bientôt libérés de la Ligue des Champions. Doublé pour Ayina, 3-2

le remake marseillais de Seven fait un carton.

Septième défaite consécutive: le remake marseillais de Seven fait un carton.

120e Nous n’avons plus gagné depuis la dernière fois qu’une équipe a perdu contre nous.

121e On me confirme l’arrivée d’Olivier Rey. Journée de merde…

Bob-Loulou.

Salut les vivants,

Après un premier report et une inversion de terrain, l’OM va enfin pouvoir jouer son huitième de finale contre Bourg-Péronnas. A cette occasion, les deux virages sont fermés, Ganay est au trois quart inaccessible et les places sont à 5€. Grands seigneurs, les dirigeants marseillais reverseront l’intégralité de la recette de la billetterie au club bressan. Ça devrait leur payer l’essence pour rentrer, si les vents sont favorables.

On a fait des paris avec les collègues pour le match de ce soir. Et sans surprise, tout le monde voit Marseille l’emporter, sauf Pompidou qui dit que pour lui ce serait beau, Bourg. Si j’étais vous, j’y prêterai attention, il a pas mal de bons tuyaux.

Sans transition le film du match.

-5e Pendant la semaine, Deschamps a demandé à Loïc Rémy si en tant que jeune Lyonnais, il avait déjà joué Bourg-Péronnas. Il lui a répondu que non mais que par contre, il avait déjà vu Govou jouer bourré au Pérignon. Cela n’a visiblement pas fait marrer Deschamps. C’est Brandao qui jouera en pointe.

6e Mauvais contrôle du latéral droit adverse, Settaout.

16e Depuis le début du match, les Marseillais confisquent le ballon et campent autour de la surface de Bourg-Péronnas. Finalement, ce n’était peut-être pas utile de reporter le match la semaine dernière, il aurait simplement fallu dégeler trente mètres de terrain.

25e Suite à un centre venu de la droite, Brandao reprend de volée de l’extérieur du droit au deuxième poteau. Il faudrait peut-être songer à vérifier ses empreintes, on ne nous a peut-être pas renvoyé le bon. 1-0.

26e Ah mais je suis con, il suffit de faire un relevé ADN.

31e Sur une bonne séquence offensive des visiteurs, un joueur bressan balance le ballon dans la surface car il y a des joueurs de Bourg dans le tas. Souleymane Diawara apprécie l’hommage mais dégage le cuir.

La nouvelle WAG du patron, belle voix mais un peu refaite.

La nouvelle WAG du patron, belle voix mais un peu refaite.


33e Nouveau débordement d’Azpilicueta sur le côté droit qui envoi un centre tendu aux six mètres. Loïc Rémy arrive trop tard et vient s’empaler dans Callamand. Tiens, Empale-Callamand, si ça se trouve c’est aussi un club du coin.

40e Conformément aux instructions de Deschamps, Anigo se présente à Saint-Etienne et se demande pourquoi personne n’est là alors que le match est à 19h.

41e Sur un corner marseillais, la tête de Brandao est repoussée par la transversale. Depuis plusieurs minutes, les visiteurs sont noyés par le rythme imprimé par les joueurs marseillais. Et Bourg a pas pied.

45e+1 Ballon en profondeur pour Amalfitano qui fait du pool dance autour de son défenseur avant de caresser son ballon de l’extérieur du droit dans le dos de la défense. Face à tant d’ardeur, il devait forcément y avoir Brandao dans le coup. 2-0.

45e+2 Deux buts du droit et une tête sur la barre, vraiment pas de pied gauche ce Brandao.

Mi-temps : On est en quart. Ils sont en car. Gignac se fait un quatre-quarts.

46e Le petit Gregory regarde sagement le match avec moi, c’est mercredi après-midi, il a le droit.

49e Avec tous les caviars qu’il distribue depuis le début du match, Amalfitano est en train de doubler le PIB de la Russie.

53e Le nouvel entrant à Bourg-Péronnas a l’air moins vif que son compère d’attaque. Imaginez les consignes sur corner : “Tu prends l’attaquant rapide de Bourg, moi le mou.”.

54e L’OM inscrit un nouveau but avec Jordan Ayew et fait exploser BP. Et ce, sans toucher à l’écosystème du Golfe du Mexique. C’est beau cette conscience écologique. 3-0.

65e Ça parle de plus en plus Syrien par ici. Et vous savez quoi ? Ils veulent engager Brandao pour faire le ménage chez eux.

71e Sur un coup-franc bressan, l’attaquant contrôle légèrement du bras tandis que Bracigliano ne juge pas utile de bouger le sien. Une question de quota, sans doute. 3-1.

84e Sur un ballon mal dégagé par la défense adverse, Amalfitano contrôle de volée avant d’enchaîner sur un passement de jambes, une feinte de frappe, un dribble derrière la jambe d’appui, un numéro de claquettes, une série de jongles avec des pastèques et une petite passe pour Jordan Ayew qui s’applique à pourrir ce moment de grâce en glissant sur sa frappe.

89e Le public du Vélodrome chambre à base de “Olé, Olé, Olé”. On n’est pas encore en finale, mais on est prêt pour le Stade de France.

90e+1 Sur l’ultime action du match, Sabo est lancé seul sur le côté gauche, pousse un peu trop loin son ballon, croque son centre-tir et se blesse. Haha.

90e+2 Bourrer Peronnas le lendemain de la Saint-Valentin ça manque quand même pas mal de classe.

Bob-Loulou

Salut les vivants,

Il faudrait interdire les tirages au sort avant que les matches ne soient terminés. Comment voulez-vous que les joueurs soient motivés quand ils savent déjà que le prochain tour se jouera à Strasbourg?
J’ai cependant bien aimé ce derby des couleurs pastels, les bleus contre les roses version onze gars / onze filles. Et comme d’habitude, Chouchou a mis une raclée à Loulou.
Et puis mon Diouf ce terrain… Avec la gueule des sponsors-maillot de la Coupe de France, pas surprenant que les équipes de paysans soient favorisées. Même la banque est agricole.

Sans transition, voilà mes notes:

Andrade: Damien Grégorini va porter plainte pour dumping, il s’agit clairement de concurrence déloyale. En ce qui concerne son enchaînement de parades, ne vous y trompez pas, les joueurs d’Évian lui tiraient dessus pendant qu’il fêtait son premier arrêt du match. -2/10

N’Diaye: Le plus dangereux de tous, des deux côtés du terrain. Il se procure les plus belles occasions mais défensivement, il semble se trimballer une caravane, Taiwo, Brandao, et quelques stadiers. Avec l’hécatombe à ce poste, je me demande si Mandanda n’aurait pas été meilleur arrière droit. Il parait qu’en voyant le match, Rodriguez s’est mis à claquer des genoux, de peur d’être appelé pour le prochain match. Et s’est reblessé. -3/10

Mbia: Le seul défenseur qui tombe avant l’attaquant sur les duels. Je rêve de voir Inzaghi face à lui, médusé par tant de morgue: “Ma c’est moi qui ait inventé cé yeste, cazzo”. 4/10

Heinze: J’ai cru voir Daniel Van Gaby en fin de match. Il s’en est fallu d’un cheveu qu’il n’égalise. Il s’offre une belle montée do Brasil qui amène la réduction du score. 5/10

Taiwo : Très convaincant dans son imitation de L.N’Diaye, notamment sur le deuxième but. Il est parti pour une belle bataille psychologique en vue d’annuler sa prolongation de contrat. 3/10

Cambon: Efficace et précis, il s’est placé dans le viseur des recruteurs du club, à l’affût pour dénicher le nouveau Zubar. 5/5

Abriel: A partir du moment où il a compris qu’il ne pourrait pas faire pire que N’Diaye, il a clairement abandonné la compétition. 2/10

Cheyrou: Quand je l’ai vu sortir à la mi-temps, je me suis dit “Tiens, en fait c’était une tactique de ne pas vouloir gagner ce match”. Pas bête, ça va alléger le calendrier. 6/10 Remplacé par Jordan Ayew, que nous essayons de prêter à un club du genre de celui auquel nous étions opposés ce soir. Cherchez l’erreur.

Lucho: Quand Christophe Jammot a dit qu’il aurait bien voulu voir jouer Messi-Xavi-Iniesta sur ce terrain, il a fondu en larmes. Il faut dire qu’on lui a promis Luis Fabiano, Alou Diarra et Niang pour qu’il reste, ce soir la détresse était trop grande. 3/10

Rémy: C’est très bien, il est désormais capable de déborder un adversaire. Maintenant, il faudrait lui apprendre à centrer pour que ça devienne utile. Un des rares joueurs à s’accommoder du terrain, notamment sur les contres favorables avec la pelouse. 4/10

Remplacé par Valbuena qui a cru en voyant les maillots roses qu’on jouait le Stade Français. Anigo a dû lui demander de ranger le stand de caleçons qu’il espérait vendre. Finit propre comme un sou neuf, sa maman a dû lui demander de cesser de se rouler par terre.

André Ayew: Entre écoper le terrain et écoper d’un carton, il n’a pas su choisir. 3/10

Brandao: Cambon ne lui a même pas laissé l’occasion de rater l’offrande de Jordan Ayew. Il s’arrête même sur une superbe passe de Cheyrou, persuadé d’être hors-jeu, la force de l’habitude surement.4/10

Remplacé par Gignac, qu’on a bien vu s’échauffer sur une bande du stade et pas sur la pelouse derrière les buts, probablement de peur de s’enfoncer. J’ai été surpris de ne pas le voir plus motivé à l’idée de jouer contre un club détenu par Danone.

Je ne suis pas arrière droit. Je répète, je ne suis pas arrière droit. Je ne suis pas défenseur d’ailleurs.

Je ne suis pas arrière droit. Je répète, je ne suis pas arrière droit. Je ne suis pas défenseur d’ailleurs.

Deschamps: Il a hésité à faire débuter Gignac, avec un terrain pareil il a du craindre qu’il se présente avec un détecteur de métaux pour chercher des montres et des gourmettes en or sous le sol. Cela aurait au moins permis de labourer et aplanir le terrain. Grande idée d’avoir balancé la coupe de France, d’habitude on pouvait se permettre de la jouer vu qu’on passait pas les poules de la ligue des champions.

L’adversaire: Un gardien plus à la rue sur les sorties que Mandanda Andrade, il fallait oser. Sympa leur nouveau Georges Weah, plus intéressant que l’ancien que j’avais acheté. Dans le lot des buteurs, il doit bien y avoir la future recue d’Anigo.

L’action du match: Les attaquants d’ETG baladent notre défense centrale, tirent. Andrade fait n’importe quoi. Parfois ça marche. Parfois ça ne marche pas.

Bob-Loulou.