Archive for avril, 2011

Salut les vivants,

Histoire de chambrer le PSG qui joue sans gardien, nous voilà alignant une équipe sans attaquant.

Et si, au vu de la première mi-temps, il n’y a pas que Taiwo et Mbia que j’enverrais devant le Comité National de l’Éthique, la dernière demie heure du match était quand même plus animée que les deux derniers classicos réunis.

Sans transition, voici mes notes :

Mandanda. Il réussit plus de passes que tous ses partenaires réunis, arrête un penalty et laisse marquer Civelli. Un sans faute. 8/10

Taiwo. Après l’avoir chanté, il a dansé le m(b)ia. 5/10

Heinze. Que peut-on attendre de lui un soir où il doit marquer Mouloungui, Ljuboja ou Bamogo ? Il se prépare une retraite dorée sur la promenade des Anglais. 5/10

Diawara. A réussi là où Civelli et Kaboré ont échoué: s’est fait siffler un penalty. 5/10

Fanni. Un très mauvais exemple pour la jeunesse, il centre les yeux fermés et ça paye. 6/10

Cheyrou. À force d’être la caution footballistique de cette équipe, il fatigue. Et quand il fatigue, Benoit a l’air plus vieux. Genre Bruno. 5/10.

Kaboré. Ce serait bien que lui aussi, ait un frère… 4/10

Abriel. Il a tout fait pour nous faire espérer Lucho, 5/10. Remplacé par Lucho, qui n’a rien fait pour nous faire espérer Abriel. 5/10.

Gignac. A beaucoup débordé quand il aurait fallu tirer. Et a beaucoup tiré quand il aurait fallu déborder. 4/10 Remplacé par Jordan Ayew qui a mis cinq minutes à faire une passe décisive et vingt pour marquer.

Valbuena. Je pense que José devrait se renseigner à Libourne pour savoir où est l’autre moitié 5/10 donc. Remplacé par Cissé, Deschamps pouvant aussi chambrer après le penalty tiré par Bamogo.

A. Ayew. Réglé comme une horloge, un but toutes les trente minutes. 10/10

André Ayew attend sa prime de match

Deschamps. J’ai beaucoup entendu dire qu’il avait apporté avec lui la culture de la gagne à Marseille. Sans doute. Mais pas que.

L’adversaire. Civelli a bien tenté d’y mettre du sien en offrant un penalty, mais il faut bien avouer que le plus sympa, c’est Ospina, il te file le but direct. Il a déjà signé au PSG, et le chant de Taiwo lui a fait très peur.

L’action du match. 20 ans après, les coups de rein d’Abedi.

Bob-Loulou.

Salut les vivants,

À jamais les premiers à conserver sa Coupe de la Ligue, ça ressemble tellement à l’OM que je vous ai légué. Pour fêter ça je vous ai fait un minute par minute.

M-8. Les joueurs s’échauffent en arborant un t-shirt “Libérez les otages”, ils doivent faire référence aux 80.000 pauvres spectateurs qui ont dû se taper l’avant-match.

M-7. Les pom-pom en mini-short dans un stade de foot, je n’ai jamais compris. Et pourquoi pas regarder du pole dancing sur DVD?

M-2. Je crois que Robert Hossein ne va pas tarder à me rejoindre s’il voit le niveau de la mise en scène du spectacle.

M-1. Le jour où Mapou Yanga-Mbiwa révèlera l’anagramme comprise dans son nom, les portes du purgatoire s’ouvriront. D’après Dan Brown.

2e. Première frayeur pour les soigneurs, ils ont cru qu’ils devraient porter Gignac.

5e. Lucho rate un contrôle. RAS.

6e. Mbia rate une nouvelle faute, mais pas ses adducteurs. En voyant Kaboré prêt à rentrer, il essaie d’expliquer qu’en fait, ça va.

7e. Qui d’autre qu’Mbia pouvait sortir sur blessure contre Montpellier sans être effleuré par un des onze bouchers d’en face?

15e. Alors qu’ils croyaient être tirés d’affaire, les quatre soigneurs doivent porter l’égo de Mbia dans les couloirs du stade. Une posture dans laquelle il ressemble définitivement à un dictateur africain.

17e. Superbe ouverture de Taiwo pour le fantôme de Niang. Six mètres.

19e. Premiere faute de Jeunechamp. Contre toute attente, Lucho a toujours l’usage de ses  jambes.

28e. Mbia s’est peut-être claqué, en tout cas il ne s’est jamais foulé.

31e : Poteau de Valbuena. Vexé, Cheyrou frappe à coté.

36e. Gignac grimace après un coup sur le genou. Didier Deschamps aussi en regardant son banc. Jordan Ayew et Rudi Garcia piaffent.

40e. Au milieu de trois adversaires, Kaboré enchaîne roulette, crochet, et frappe qui passe au dessus. Le ciel est zébré d’un éclair.

44e. Premier carton de la partie pour Diawara. Ah non. Gbagbo, Ben Ali et Khadafi demandent à être jugés par monsieur Gautier.

Mi temps. Eurosport tente d’acheter les droits des dix prochains Montpellier-Marseille pour remplacer l’UFC et le K1. Gignac demande quand-est-ce qu’on va au KFC.

47e. Cheyrou a tellement d’éclairs de génie qu’il pourrait ouvrir une pâtisserie.

51e. Cri de Deschamps sur la touche. Il vient de se rendre compte qu’en cas de blessure ou de suspension d’un défenseur central, il devra faire jouer Hilton.

54 : Gignac gagne un duel.

55e. Fanni tente un grand pont, le rate, Deschamps se liquéfie, mais Fanni finit par s’imposer au physique. Si Mbia a une greffe d’adducteurs a faire, il sait où trouver un donneur compatible.

58e. Tête d’Ayew qui rase le poteau sur un bon corner de Valbuena. Il a l’excuse de la surprise.

59e. Lucho gagne un duel.

61e. Lucho gagne un ballon.

64e. Montpellier n’ose toujours pas marquer, de peur de réveiller son adversaire.

66e. Heinze décide de prendre les choses en main et écarte pour Gignac qui tente sa frappe. Six mètres. Pourquoi n’a-t-il pas débordé?

69e. Deschamps demande à Lucho de jouer à terre, ce dernier s’assied.

70e. Proposition pour le président l’an prochain: remplacer la prime de victoire par une prime de passe vers l’avant.

79e : Bocaly prend un jaune pour une faute sur Valbuena. Même chez les Montpelliérains c’est le Marseillais qui prend un jaune en premier. Les clichés ont la vie dure.

81e. 1-0 Taiwo a peur de rater sa correspondance pour Milan si le match dure trop longtemps et décide de mettre un terme au suspense. Hors-jeu de Heinze, main de Diawara et but du droit de Taiwo, désolé.

83e. Gignac tente le débordement sur une ouverture en profondeur. Six mètres. Pourquoi n’a-t-il pas frappé?

85e. Fin du calvaire pour Lucho. Pour les 80.000 spectateurs, il continue: Abriel le remplace.

86e. Sur le banc de touche, Andrade enfile ses gants de lever de trophée.

89e. Jordan Ayew remplace Valbuena. En trois changements, Deschamps dit tout le bien qu’il pense de la Coupe de la Ligue.

93e. Fin du match.

94e. Microsoft envoie un patch sur Excel pour permettre d’afficher le palmarès de Deschamps sur une seule feuille.

98e. Taiwo reçoit le trophée d’homme du match, décerné par l’Institut du Cerveau et de la Moëlle épinière. En trente secondes d’interview, il démontre que la recherche a encore besoin d’aide.

105e. L’action que vous n’avez pas vue du stade : la célébration marseillaise sur le “podium”, face aux journalistes, mais tournant le dos à la tribune de leurs supporters.

112e. L’action que vous n’avez pas vue à la télé: Mbia qui fait le tour d’honneur avec la coupe en courant.

115e. Niang en tribune avec Gerets, il ne manquait que Renato Civelli pour me faire fondre en larmes.

Bob-Loulou.

Salut les vivants,

Pour ce Real-Barça à la française (c’est comme ça qu’on appelle les matches qu’on rejoue plusieurs fois à la suite), nous fûmes plus réalistes que le Real. Deux buts avec si peu d’occasions, j’ai entendu l’orgasme de Ricardo d’ici.

Pour manifester contre ce concept de play-offs récupéré aux Etats-Unis, les deux équipes ont cependant décidé de limiter le match aux trente dernières minutes. Je m’en suis douté en entendant sur Radio Purgatoire que 20000 personnes étaient frappées de narcolepsie à Montpellier.

Sans transition, voilà mes notes:

Mandanda. Guingamp? Milan? Nice? Il enfile un maillot pour donner des indices sur la future destination de Taiwo. Ou la sienne. 6/10

Fanni. S’est bien repris quand il a vu Kaboré s’échauffer. 4/10

Diawara. Sorti sur Giroud lors du but de Montpellier. Il avait pourtant promis que ses sorties n’influençaient pas ses prestations. 5/10

Heinze. Quand le gardien d’en face plonge, il marque moins facilement sur coup-franc. Coupet lui manque. 6/10

Taiwo. Le coeur qu’il tente de dessiner face caméra ressemble à une chatte. Pour symboliser notre parcours en championnat, ou pour demander de ressortir les maillots de Brandao? 7/7

Mbia. Annonce avant le match “Je ne suis pas un mercenaire”. Pas un milieu, pas un défenseur, pas un mercenaire. L’enquête suit son cours. 4/10 Remplacé par Kaboré. Un but encaissé la minute qui suit: finalement, c’était peut-être Mbia qui tenait la défense.

Lucho. Il tombe même sur les duels qu’il provoque. 3/10 Remplacé par Abriel, pour le montrer.

Cheyrou. Encore une magnifique ouverture, de quarante mètres cette fois. Et contrairement à Rémy la semaine dernière, Gignac a eu le bon goût de la concrétiser. Du mollet. 8/10

Valbuena. Papa Brandao et maman Lucho absents, il est orphelin sur son aile. 4/10 Remplacé par A.Ayew, pas du tout dans le rythme: un avertissement sur son premier ballon, et du mouvement par la suite.

Gignac. J’ai eu des mauvais attaquants qui marquaient beaucoup moins que lui. 6/10

Rémy. L’échec de l’école Heinze: se faire expulser pour contestation exprimée à l’occasion d’un penalty obtenu en sa faveur. 1/10

Deschamps. Il y a des équipes qui réalisent des hold-ups sur un match. Il s’apprête à en faire un sur le championnat.

L’adversaire. Pervers. Fait croire qu’il joue n’importe comment pendant une heure avant de marquer sur la première action où il essaie.

L’action du match. Récupération marseillaise, brique envoyée aux avants, faute de Montpellier.

Bob-Loulou.

Salut les vivants,

Je vous préviens, je n’ai pas vu le match. Je ne sais pas si le Très-Haut a mal pris la présence de Pentecôte sur la feuille de match, vu que la descente de l’Esprit Saint, ça date du recrutement de Jean-Claude Dassier, toujours est-il que je n’ai vu qu’un résumé. Et encore, un résumé de Canal. Juste le temps de voir Heinze se signer à la mi-temps. Ne vous y trompez pas, il ne prie pas: il donne des ordres à Dieu. Je l’ai vu de loin mais je peux vous assurer qu’il n’a pas fait le malin le barbu.

J’ai ri quand j’ai vu que le seul joueur que Deschamps appelait par son nom de famille était André Ayew, avec ses “Ayew, Ayew”, alors que c’est le seul joueur de l’effectif qui a un frère. Enfin, avec Jordan.

Sans transition, voilà mes trucs:

Mandanda s’est jeté devant Cetto avec dynamisme et à-propos. 4/10

Fanni a été utile, comme de la neige en mai. 3/10

Diawara a tenu à saluer personnellement Franck Tabanou, qui a dû sortir à la mi-temps. L’émotion, sans doute. 5/10

Remplacé par Cissé, qui a beaucoup progressé au 1,2,3 soleil. 0/10

Heinze a rencontré le genou de Daniel Braaten, il s’en est tiré sans trop de dommages. 6/10

Taiwo a mis un coup de pied descendant sur le crâne d’André Ayew, réussissant enfin à l’immobiliser. 4/10

Mbia joue au milieu parce que Deschamps ne veut pas recevoir d’offres à l’intersaison.

Valbuena, remplacé par J.Ayew.

Cheyrou.

Rémy. Il marque sans maîtriser sa tête et avec le ballon qui rebondit sur son pied. Et offre une passe décisive à Gignac sur une énième désarticulation.

Lucho gratte des ballons. Pour le jackpot, il faudra attendre le tirage. Mais pas de maillot, ça lui briserait sûrement la clavicule .

A. Ayew finit toutes ses actions avec les bras levés façon YMCA pour râler contre l’arbitre. Dommage que Meïté ne se tienne pas à côté de lui.

Deschamps. Lumineuse idée que de remplacer Cheyrou et Diawara par Gignac et Cissé. S’il avait été un peu plus joueur, ce serait du poste pour poste.

L’adversaire. On leur a pris Gignac, ils l’ont remplacé par un Brandao norvégien. On aurait probablement mieux fait de ne pas prendre Gignac.

L’action du match. La louche de Valverde au dessus de Gignac, pour lui signifier toute la crainte qu’il inspire chez les gardiens du championnat de France.

Bob-Loulou.

Plus belge la vie, épisode 2: Brandy

Dassier et Anigo semblent décidés à m’achever en liquidant peu à peu mon héritage: ils viennent de se débarrasser du dernier joueur que j’aie offert au club. Raymond Goethals m’a invité à fêter cela avec lui.

Bob-Loulou: Alors Raymond, pour avoir un canasson comme celui-là, tu devais sacrément charger tes joueurs!

Raymond: C’est vrai que c’est un drôle d’animal! Il a fort pesé sur le jeu du club pendant deux ans, avec dedans deux phases plutôt distinctes.

Bob-Loulou: Le coup de coude et le tampon du cul?

Raymond: Non mais quand il a débarqué au club, le team était plein de promesses c’est sûr, mais il y avait un problème assez important: le milieu. Il se reposait surtout sur une récupération de Cana et M’Bami, avec une construction tournante entre Cheryou, Ziani et Zenden. Mais là où ça coinçait, c’était dans la difficulté que les gars avaient à contrôler le jeu avant la dernière passe. Du coup, les médians avaient tendance à s’empaler dans les défenses des autres. C’est pour ça qu’Éric demandait à ses ailiers d’aider à cette dernière phase de construction. D’ailleurs, quand tu regardes, les profils de Valbuena, Bernard Fa et Koné, c’était pas mal pour faire ça.
Mais devant, l’avant-centre se retrouvait souvent tout seul et ça lui faisait bien sûr pas du bien et l’équipe était bien contente de pouvoir compter sur le talent de Niang. Quand Brandao est arrivé, il a donné plus de poids en pointe et ça a permis aux ailiers de se rendre plus utiles atour de lui et aux médians de réussir à calmer le jeu et à maîtriser la construction. C’est assez dire que plutôt que de devoir tenter d’essayer une dernière passe dangereuse, le milieu pouvait alors se concentrer sur une avant-dernière passe assurant le décalage.

Bob-Loulou: Pourquoi cela a moins bien marché ensuite? C’est parce que l’arrivée de Diawara l’a conduit à fréquenter la nuit aixoise?

Raymond: C’est sûr que c’est la faute au recrutement en général. Même si Didier ne s’est jamais empêché de profiter de l’apport de Brandao, la nouvelle configuration du milieu, et l’efficacité beaucoup moins efficace du bourrin, l’ont remis en cause. Le milieu est devenu plus compact et a acquis une conservation de la balle plus sûre et plus haute grâce à Lucho et Cheyrou. Les ailiers se sont retrouvés avec un rôle un peu modifié parce qu”ils avaient plus souvent la balle, et donc ils étaient forcés plus souvent à conclure. De ce côté là, Brandao était toujours utile comme pivot mais est-ce que cet avantage niveau point d’appui était intéressant assez pour se passer de la présence d’un attaquant plus efficace devant le goal? On s’est posé la question pendant la première saison de Didier parce qu’il y avait des succès et que Niang était providentiellement efficace, ce qui était un peu trompeur. Mais cette année, il n’y a pas photo quand on voit comment on critique souvent la qualité de jeu et l’efficacité offensive de l’OM.
Comme le profil des ailiers a évolué, il faut que la ligne d’attaque soit optimalisée au profit de l’efficacité des trois attaquants. Et c’est aussi le profil général des cinq offensifs qui amène à préférer un système qui privilégie la vitesse et le décalage dans la transmission à la place de la profondeur et du jeu en remise que la présence de Brandao imposait.

Bob-Loulou: Surtout qu’après avoir tenté son repositionnement coté gauche, Deschamps a de suite compris qu’il ferait moins de mal de l’autre côté de la ligne de touche. Puis finalement, il s’est mis hors-jeu sur la bande d’arrêt d’urgence.

Raymond: Voilà. En somme, ce départ, c’est son dernier appel dans le mauvais tempo.

Bob-Loulou: Il ferait mieux de se préserver un peu, il pourrait prochainement avoir besoin d’en faire un, d’appel.

Raymond: Allez, trinquons à la beauté du jeu. Ça te dit un brandy?

Salut les vivants,

Au bout d’un quart d’heure, j’ai compris que ça allait être long et ennuyeux. Pas étonnant que “Confessions intimes” tourne 90% de ses émissions dans le Nord.

Je dois également vous avouer que Pierre Bachelet aurait voulu décéder à nouveau en entendant José reprendre sa chanson, il faudra juste lui dire que les corons c’est pas des trucs que l’on pose sur une table facilement.

Un maillot horrible, Runje dans les buts, Maoulida en attaque. Une équipe qui ne marque pas malgré de grosses occasions, un but encaissé par un joueur qui marque de son mauvais pied alors que d’habitude il arrose les tribunes, j’ai vraiment eu de gros flashbacks.

Sans transition, voici mes notes:

“Peyton” Manningda. Relance plus loin avec ses mains que Lucho avec ses pieds. Capable de jouer quarterback et receveur. Du coup, il est presque décevant lorsqu’il se contente de claquer la tête a bout portant de Jemaa. 8/10

Fanni. Il a bombardé la surface de centres, comme l’OTAN en Libye. Malheureusement avec la même réussite. Avec Taiwo, ils sont à l’origine de zones d’exclusion aérienne. 5/10

Mbia. Une baffe pour Jeema dès la première minute, une tentative de placage sur Akalé par la suite, il revient en défense avec les meilleures intentions. 5/10

Heinze. Déçu d’avoir perdu son concours de vice avec MBia, il s’est rattrapé en faisant sa spéciale: je protège mon ballon et je me laisse tomber. 5/10

Taiwo. Plutôt que de dégager dans les travées, il dégage dans les trachées adverses. 5/10

Cisse. Il a été officiellement sacré ce soir champion du monde de cache-cache. 0/10

Valbuena. J’ai vu un enfant prendre des coups et se faire dévorer physiquement, et j’ai eu une pensée émue pour Koné. 4/10. Remplacé par Gignac pour lui faire éliminer les saucisses-frites englouties.

Cheyrou. Dire qu’il a passé presque trente années à frapper du gauche en force alors que c’est plus facile pour lui de marquer du droit en finesse entre trois joueurs. 7/10

Rémy. Il était si ému de revenir à Bollaert qu’il n’a pu s’empêcher de rendre les ballons aux Lensois en début de match. A bien repris le poste de Brandao, dommage que ce soit pour les fautes et les contrôles manqués. 3/10. Remplacé par J.Ayew qui a dû pleurer en voyant ses compères d’attaque.

Lucho. Ses imitations de Cissé sont de plus en plus réussies. Ses quelques actions de classe le trahissent encore, mais on compte sur lui pour corriger ce vilain défaut. 4/10

A. Ayew. Veni, vidi, vici. Il a passé la première mi-temps à s’empaler sur son vis-a-vis à gauche, avant d’entreprendre la même démolition à droite. 4/10. Remplacé par Kaboré, ailier droit: errare humanum est.

Deschamps. Il annonce une demi-heure avant qu’il n’a pas une équipe pour en marquer quatre par match. C’est malin, ses joueurs ont tout fait pour ne pas lui donner tort.

L’adversaire. Joue le contre avec quatre attaquants, comme ça, pour vanner. Nous on fait mieux, on joue bien le titre sans avant-centre ni milieu défensif.

L’action du match. Sur la tentative de cadrage-débordement de Mbia sur Jeema, celui-ci est a deux doigts de le reprendre, mais Mbia a le temps d’aplatir le cuir. Après demande de la vidéo, le ballon n’était malheureusement pas dans l’en-but…

Bob-Loulou.