Archive for février, 2011

Salut les vivants,

En arrivant, on aurait pu se croire perdu en plein Bingo des Marques. Entre leur maillot, les panneaux, et même les bâches, je n’ai jamais vu autant de publicités.

Quand j’ai vu la feuille de match, avec la titularisation d’Abriel et le retour de Taiwo, j’ai d’abord cru qu’on jouait la Coupe de Ligue ce soir. Puis avec l’entrée d’Hilton et du petit dernier Ayew, j’ai compris que c’était un match de DH. L’ennui avec le football amateur, c’est la succession de blessures à la con.

Sans transition, voici mes notes:

Mandanda: Il avait sorti le maillot “Europe”, avec le sentiment de s’être fait arnaquer mercredi soir. En sommeil depuis quelques matchs, il est réveillé par le torticolis que lui file Féret.

Kaboré: Laisse s’échapper le Féret de l’Arène, dans une belle imitation de Taiwo. S’est bien déchiré.

Diawara: Très collectif, y compris avec l’adversaire. Mbia sorti, il lui a rendu hommage avec une chandelle quasi-décisive pour offrir une action à Diakité. Cette habitude au déphasage, c’est vraiment la plaie.

Heinze: L’obliger à faire ses tacles sur du synthétique, c’est comme une façon de le punir de sa première mi-temps de mercredi contre Nani. Il a enchaîné les entorses au règlement.

Taiwo: Pour séduire Deschamps, il a réussi l’exploit de monter moins qu’Heinze quand il jouait à son poste. Pas heureux de son sort, ça s’est vu à sa crampe aux zygomatiques.

Mbia: En une mi-temps au milieu, il a su prouver que c’était son poste, avec une passe décisive. En revanche, il n’allait pas jouer toute une deuxième mi-temps, c’est Nancy quand même. Son traumatisme est crânien, mais à l’intérieur. Remplacé par Hilton pour donner une allure encore plus irréelle à ce match.

Cheyrou: L’ablation de ses capacités techniques dans le but de plaire à Deschamps semble avoir réussi. L’intérêt pour l’équipe est cependant incertain. Le pronostic vital est engagé.

Lucho: Ne s’est pas foulé.

Abriel: Tous ses appels semblent n’être destinés qu’à sa caisse de retraite. Ses partenaires continuent à jouer quand il est blessé, il y a une vraie fracture entre lui et le reste de l’équipe. Remplacé par Valbuena, qui trouve que la plus grosse différence entre la pelouse et le synthétique, c’est le goût.

Rémy: Recruté malgré la crainte d’un problème cardiaque, il s’avère finalement en avoir partout ailleurs. Je soupçonne ses genoux d’être en balsa. Remplacé par Jordan Ayew pour faire une attaque AAA, comme les piles.

A.Ayew: En fait, il a bouffé le troisième frère. Ils sont deux à l’intérieur de son corps, c’est pour cela qu’il est si difficile à bouger. A claqué. Deux fois.

Deschamps: S’est laissé aller à une manifestation de joie sur le deuxième but, qui contraste avec la puissance contenue de l’orgasme prolongé ressenti toute la soirée mercredi.

L’adversaire: Sponsorisé par Sopalin. Et pourtant il n’y a vraiment pas de quoi.

L’action du match: La sortie en touche.

Bob-Loulou.


Salut les vivants,

Alors ça, qu’est-ce qu’on leur a mis aux Mancuniens. Et aux Lyonnais aussi tiens! Deschamps voulait apprendre à Puel comment se joue un 0-0, j’espère qu’il a pris des notes. Toutes ces passes latérales pour rendre fous les attaquants adverses, c’était de l’orfèvrerie. Dessinée à la truelle, mais qu’importe.
Vous me direz qu’il n’était pas nécessaire de vouloir à tout prix jouer le match retour du Monaco-OM du mois dernier. Vous n’aurez pas tort. Mais pensez que chaque joueur de l’OM a passé 90 minutes à négocier son transfert en Angleterre pour juin. Ça s’est vu: Ferguson n’est pas venu jouer un match, il est venu faire du scouting.
Vous avez vu l’envie des gars en rouge? Avec leurs chaussettes, on aurait dit qu’ils étaient venus en Santiags pour une promenade champêtre.
Pour s’éviter un procès avec l’UEFA et les télévisions, Marseille avait tout de même prévu de jouer les dix premières minutes de la seconde mi-temps, ManU les dix dernières.

Sans transition, voici mes notes:

Mandanda: Il a réalisé autant d’arrêts en un match depuis le début de la saison. A beaucoup cherché Valbuena sur ses dégagements, y compris lorsque celui-ci était assis sur le banc. 0/0

Fanni : Le pauvre, il a fait un grand pont à Rooney. La carrière de Bernard Mendy l’attend désormais. On m’aurait demandé, j’aurais acheté l’original pour moins cher. 0/0

Diawara: Chambreur dans ses transversales, il a essayé de blesser Berbatov en faisant passer l’une d’elles trois centimètres au dessus de sa jambe en extension. 0/0

M’Bia: Il était venu pour faire un coup du sombrero à Rooney, il l’a fait. Il parait qu’il a demandé à jouer le match retour avec une main attachée dans le dos, là c’était un peu trop facile. Il doit douze ans d’espérance de vie à Deschamps. 0/0

Heinze: La preuve que notre championnat est excellent: il a subi le même calvaire face à Nani que celui qu’il subit depuis six mois face à tous les ailiers droits de L1. 0/0

Cissé: Il a réussi à hypnotiser Fletcher et à lui transmettre son philtre de coolitude. S’est mis le public dans la poche en contrant un centre d’Evra. 10/10 Remplacé par Cheyrou, pour augmenter l’impact physique.

Kaboré: Pas effrayé par la concurrence de Rooney: il a vraiment les oreilles plus décollées que lui. 0/0

Lucho: Vous avez déjà vu une biche dans un champ de mines ? 0/0

Rémy: Quand je l’ai vu déborder Evra comme il avait débordé André Luiz, je me suis dit qu’il ne prend que les mecs qui gagnent plus que lui. A fini par vomir. Georges Best, qui regardait le match avec moi, a hurlé “That’s my man!”. 0/0 Remplacé par Valbuena. Si Lucho c’est Bambi, lui c’est Panpan.

Brandao: Nous sommes certains qu’il a une connexion internet et qu’il a vu le retourné de Rooney. Apparemment il n’a pas de jardin pour s’entraîner par contre. 0/0

A. Ayew: Quand on lui a dit que Nani dansait avec le ballon, il a tenu à lui faire une démonstration de smurf. Auteur de la première reprise de volée de l’histoire à l’entrée de la surface qui ne sort pas du terrain. Et pourtant il a mis un cachou. 0/0

Deschamps: Après avoir gagné la touillette fétiche en battant Laurent Blanc, il espère récupérer le chewing-gum de Ferguson dans deux semaines.

L’adversaire: Pour que Wenger ne les recrute pas, Manchester a passé tout le match à fatiguer les ramasseurs de balle. Aligne un gardien de 40 ans, pour chambrer le PSG.

L’arbitre: L’homme en noir était ce soir en blanc. Arbitre, immaculé.

Le geste du match: La passe latérale entre les deux centraux.

Bob-Loulou.

Salut les vivants,

Cette mise au Vert avant la réception de Manchester United n’a rien eu d’une sinécure. Une défaite trois attaquants à zéro qui a au moins le mérite de donner à Deschamps une bonne raison de ne pas sourire de cette victoire sur papyrus. Pourtant, je ne vois pas ce qui l’inquiète: battre les Red Devils au Vélodrome, même moi je l’ai déjà fait, il suffit de s’appuyer sur les défenseurs.
Pour consoler nos blessés, je leur envoie des fleurs pour garnir leurs chambres d’hôpital, même si ma plus jolie plante, je l’ai déjà offerte à Labrune.

Mandanda: Encore une fois, le seul arrêt qu’il a eu à faire était sur le tir d’un attaquant hors-jeu, et il l’a fait. Il a profité de la seconde mi-temps pour aller faire ses courses, et il est revenu juste à temps pour le feu d’artifice, après le but de Landrin. Paisible et immobile comme un baobab.

Kaboré: En le changeant de poste à tous les matchs, Deschamps va bien finir par en trouver un où il sait jouer, à défaut de le faire progresser. Un vrai tournesol, comme ses jambes quand il tacle.

Diawara: Improvisé caution artistique en l’absence de Mbia, il n’a pas perdu son permis de tacler. Ce soir, c’est à pied qu’il ira faire la belle de nuit.

Heinze: L’Iznogoud de la relance rêve manifestement toujours de devenir arbitre à la place de l’arbitre. Une vraie pervenche.

Taiwo: Impliqué sur les deux buts, le banc sur lequel il va vite se retrouver prend de plus en plus des allures de siège éjectable vers la Premier League: à force de ronger son frein, le crocus a envie de bouffer de la rose.

Cissé: Doudou divination : protection contre les ennemis, chance au jeu, réussite professionnelle, retour de l’être aimé… Pierre qui roule n’amasse pas mousse.

Cheyrou: Grâce aux blessures de ses coéquipiers, il a pu finir le match malgré une roulette et une série de transversales. Il cadre même ses frappes ! Mais Deschamps est impitoyable: il ne lui offre l’occasion de se mettre en valeur que lorsque l’adversaire aligne trois gardiens. Condamné à faire le mur, comme un lierre.

Lucho: Le chef d’orchestre fait de son mieux pour transformer ses quincailliers de coéquipiers en musiciens, mais il s’agirait de ne pas tous leur briser les archets. Ceibo quand il joue comme ça !

Rémy: Très utile, il a bien tenu sa place sur la feuille de match. Si bien que, lorsqu’il déborde, même le ballon refuse de le suivre. Et il ne sait décidément  marquer que sans contrôle. Une verveine (et au lit).

Brandao: Heureusement qu’il a raté le ballon d’eau fraîche, quand on voit le niveau actuel de Janot c’est un vrai soulagement. Apprenant que Bocanegra a mis deux fois plus de buts que lui en championnat cette saison, il s’est refusé à lui passer devant jusqu’à la fin du match. Notre figuier de barbarie ne plante plus grand chose. Remplacé par A.Ayew, qui n’a pas eu le temps de mettre en valeur ses épines.

Gignac: Recruté parce qu’il mettait le même but tous les weekends, il est condamné à nous décevoir chaque fois que sa frappe enroulée ne rentre pas. Mais rien n’est plus fragile qu’une orchidée en fleurs. Remplacé par J.Ayew, qui a encore loupé le car de l’équipe réserve.

Deschamps: Il parle toujours la main devant la bouche pour masquer ses consignes, alors que tout le monde sait qu’il ne fait que demander de jouer plus en retrait. De toute façon, il était au chômage technique: les consignes ont été transmises par Andrade, qui a passé plus de temps debout que lui. Encore un peu d’engrais et tout ira bien.

L’adversaire: Courbis avait finalement peut être raison sur une chose: à jouer en vert, les Stéphanois se confondent avec la pelouse. Si bien que je ne les ai pas vus.

L’action du match: Les débordements incessants de la civière. Les soigneurs, plus souvent sollicités que Mandanda, devraient demander le partager de son salaire. Surtout quand il faut porter Gignac.

Bob-Loulou.

Salut les vivants,

La semaine dernière la banderole disait: “BOUGEZ VOUS LE CUL”, du coup j’ai failli rater le match en attendant Danse avec les stars sur TF1.
J’ai cru que ce match était encore parti sur des bases élevées en matière de n’importe quoi quand j’ai vu Heinze ailier gauche, Diawara tenter une flying balayette, et Lucho se prendre pour Cristiano en ratant une passe du dos involontaire.
Avec Cissé et Faty il y avait deux Doudous sur le terrain, j’ai été un peu triste pour Valbuena qu’il soit blessé. Un peu triste aussi pour les Sochaliens. Ce n’est déjà pas facile de n’avoir pour horizon qu’une usine de voitures. Malgré tout j’ai voulu célébrer cette victoire sans concession, vous verrez.

Mandanda: Ce zen qui l’emplit, c’est sans doute le signe qu’il a trouvé la cache de Barthez sous le banc dans le vestiaire. Une BMW de collection.

Fanni: Coup du sombrero sur son adversaire, un belle entrée dans le challenge M’Bia. Pour le reste, c’est bien le seul à maîtriser ses glissades. Efficace et discret, même si tu t’en vantes pas trop: comme une SAAB 900.

Diawara: Sur le but d’Ideye, je pense que l’an dernier il l’aurait eu. Il aurait eu le ballon ou le joueur, mais il l’aurait eu. S’inquiéter pour l’an prochain. Solide mais peu mobile, comme une Passat Confort.

Mbia: Il réalise un une-deux forcé sur Ayew, en récupérant le ballon après l’avoir catapulté sur la poitrine du Ghanéen. A compris que c’était le seul moyen d’être sûr de récupérer la balle. Un Hummer doré.

Heinze: L’avoir exposé à la vitesse des Sochaliens, c’est une façon de montrer à Taiwo qu’il a encore un avenir à l’OM. La Mercedes-Benz W196 de Fangio: il devait être rapide en 1954.

Cissé: S’économise pour le match de Manchester. Depuis deux ans. Un Solex.

Kaboré: Il a tenu à laisser un petit souvenir aux Sochaliens, sur leurs chevilles, de préférence. On ne sait pas trop ce qu’il a fait à part donner des coups, mais il l’a bien fait. Une Kangoo: pratique, mais t’aimes pas qu’on te voie avec. Remplacé par Cheyrou qui, pour obtenir une place de titulaire, s’est mis au niveau du groupe en faisant une série de fautes dégueulasses agrémentées d’un carton jaune.

A. Ayew: Un peu comme moi, il n’a pas semblé avoir compris le schéma tactique de ce soir et a passé la plus grande partie de son temps à chercher son poste. Une auto-tamponneuse.

Remplacé par Rémy, qui valorise Sauget en lui montrant qu’il peut le mettre minable comme David Luiz. Pas mal les jours où il ne cale pas en pleine course.

Lucho: Il faudrait le lester pour qu’il arrête de tomber. Cependant, Il a pris Faty de vitesse. Tu m’étonnes qu’il ne se soit pas imposé chez nous celui-là. Une Toyota Prius, pour un joueur hybride. Remplacé par Abriel. Ben quoi?

Brandao: Envoyé seul au casse-pipe, il a réussi des contrôles et des passes. Tout se perd. Le dernier modèle de Caterpillar.

Gignac: Un adversaire qui s’appelle Brownie au pays des saucisses, comment s’étonner qu’il soit motivé? GigiPP fait taire tous ses tracteurs, Brandao compris. Un Porsche Cayenne: la classe, mais qu’est ce que ça consomme.


Deschamps: Comme on n’arrivait pas trop à mettre le pied sur le ballon en fin de match, il a demandé à ce qu’on mette le pied sur les joueurs.

L’adversaire: A essayé de déstabiliser Mbia en faisant rentrer Héléna Nogueira.

L’action du match: La glissade. Un instant j’ai cru que je regardais le Trophée Andros.

Bob-Loulou.

Salut les vivants,

Déconnecté que je suis des choses du monde matériel, je ne sais pas si cette équipe d’Arles-Avignon est à ranger parmi les cadors du championnat. J’ai pourtant eu un doute en revoyant quelques joueurs pour qui j’ai signé les chèques de ma main. J’espère en tout cas que Diouf aura trouvé à se reconvertir dans la cité des papes.
Nos supporters ont réagi à leur manière aux dernières productions. Je note cependant qu’une banderole “Bande de tafioles, soyez des hommes” suivie d’une  “Bougez vous le cul”, c’est un peu contradictoire. En matière de slogans, j’ai quelques idées qui s’adapteraient mieux à nos joueurs.

Sans transition, voilà mes notes:

Mandanda: Il a failli ne pas jouer pour cause de fièvre. Et finalement il n’a pas joué. Andrade doit vraiment avoir les boules: c’était un match fait pour lui. “Vacance, j’oublie tout”

Fanni: A bien tenu son poste. Tellement bien qu’il ne l’a pas lâché d’un poil. Sur sa seule tentative de centre, Deschamps lui a crié “Rod, Rod, lève-les! Allez Rod, lève-les!”. Je me demande s’il parlait de ses ballons ou de ses yeux. “Moonwalk the line”

Diawara: À défaut de l’éteindre, il n’a pas rallumé Kaba Diawara. Comme Maazou. Déjà muet face à Zubar, Rooney peut trembler. “Maousse costo, et Dja Djédjé bastafuit”

Mbia: Le virage nord lui a demandé de se bouger le cul, il est allé leur faire un devis. “Le melon, à Cavaillon”

Heinze: Préfère toujours recadrer ses partenaires plutôt que jouer au foot. Vu le manque d’agressivité de son adversaire, il a préféré se charger de Mbia. D’un regard. Par pitié, il avait prêté son parapenalty à Baldé, qui en a fait bon usage. Vu son âge, je ne vois que “L’homme de la Pampers”

Cissé: Très bien déguisé en Kaboré. “Touche pas à mon poste”

Lucho: Son sloggi l’a gratté toute la première mi-temps, si bien que tout le monde le croyait blessé à l’adducteur. Pour ne pas revivre le même cauchemar, il l’a enlevé à la reprise. Mais dur-dur de courir sans adducteur. “Demain, enlève le haut”

Cheyrou: Sobre et utile, logiquement puni par Deschamps qui l’a fait sortir à l’heure de jeu. “Hasta el banquillo, siempre” Remplacé par A.Ayew, afin que l’équipe cesse ce genre de folies.

Rémy: Il n’a jamais vraiment réussi à faire le tour de Germany: Rémy est le seul attaquant pour qui la défense d’Arles-Avignon est un rideau de fer. Se mouche dans ses doigts en sortant juste avant de serrer la main de Deschamps. Son plus beau geste du match. “Sans maîtrise, la puissance n’est rien. Alors sans puissance…” Remplacé par His Airness Ayew. qui lui, se fait moucher le nez qui saigne sur la touche. Allez dire que les footballeurs ne sont pas assistés après ça.

Brandao: Notre fer à cheval. Et le canasson qui va avec. “Attrape moi si tu peux. Ah ben tu peux”

Gignac: Les conseils de Papin dans la semaine ont presque porté leurs fruits mais son André-Pierrade échoue sur la barre. A fini trop cuit. “Le deuxième effet qui coule” Remplacé par Abriel. Il a même touché le ballon.

Deschamps: À force de s’enfoncer dans son siège il finira à la bonne hauteur pour glisser des consignes tactiques à l’oreille de Valbuena.

L’adversaire: Beau match de la barre, solide et efficace. Ici, leur devise “La rage de vaincre” a redonné le sourire aux orphelins haïtiens.

L’action du match: Quel match?

Bob-Loulou.