La tactique footballistique est-elle propre au football ? Inversement, existe-t-il des “enseignements” tactiques qui soient sportivement universels, et s’appliquent donc au football aussi bien qu’au rugby, au volley, au handball ou même – pourquoi pas – au curling ? D’aucuns s’offusqueraient peut-être que cette question soit seulement évoquée, stipulant que chaque sport est unique et que c’est finalement très bien comme ça. “Chacun son métier, et les vaches seront mieux gardées ?” Ce n’est pourtant pas l’avis d’Eddie Jones, entraîneur de l’équipe japonaise de rugby, dont on apprend ici qu’il est allé quémander les conseils de Pep Guardiola, éminence grise du Bayern de Munich. Lire la suite ‘L’ESPACE FOOTBALLISTIQUE EST-IL UNIVERSEL ?’ »

Difficile de faire mieux qu’Arrigo Sacchi pour enseigner le football. L’Italien, révolutionnaire au tournant des années 80-90, est un sacré bavard. Demandez-lui l’heure et il vous fera l’histoire de l’horlogerie. Heureusement, AS n’a pas eu cette idée à la con et lui a parlé de football. Parce qu’il faut toujours parler de football avec Sacchi.

Lire la suite ‘ARRIGO SACCHI : “IL N’Y A PAS D’ART SANS OBSESSION”’ »

Carlo Ancelotti vit une des périodes les plus tranquilles dans sa carrière de coach. Une sérénité qui l’a sans doute aidé à parler si facilement de jeu à la radio espagnole. Le disciple de Sacchi est facilement bavard quand on lui parle tactique et collectif. L’ancien entraîneur du PSG a parlé de tout sur les ondes de la RNE, de la vie sans Modric à la presse française…retranscription des meilleurs extraits.

Lire la suite ‘CARLO ANCELOTTI PARLE DE JEU : MODRIC, ISCO, LE STYLE DU REAL MADRID…’ »

Quand Jürgen Klopp, qui a pourtant mené ses hommes à plus de prestations spectaculaires que Jean Fernandez, parle de “match parfait”, c’est qu’il s’est passé quelque chose. Ce commentaire, fait après la nette victoire en ouverture de la Ligue des champions face à Arsenal (2-0), traduit une sorte d’aboutissement. Le moment où le bâtisseur pose les outils, s’allonge dans l’herbe et constate la beauté d’un édifice terminé.

Lire la suite ‘DORTMUND : LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE’ »

L’exercice de projection présente toujours une menace pour la crédibilité de celui qui s’y risque. L’épée de Damoclès, prête à tomber à chaque pronostic défaillant, fait qu’on n’ose pas toujours se mouiller. Dans le domaine tactique, il est d’autant plus délicat d’anticiper les nouvelles tendances que celles-ci ne peuvent généralement se constater qu’a posteriori, grâce au recul pris sur la frénésie du cirque hebdomadaire du football européen. Surtout que, d’une semaine à l’autre, les convictions des entraîneurs évoluent, dictées par des impératifs conjoncturels.

Mais chez les Dé-Managers, il en faut plus pour nous effrayer. Après tout, l’un des DM a enduré les années de vache maigre de Liverpool sans sourciller, deux autres regardent régulièrement des matches du LOSC de René Girard, et le quatrième est un Bulgare à tendance marseillaise. Autant dire qu’on a déjà connu suffisamment d’horreurs pour ne pas craindre d’en raconter. Et s’il se trouve que l’on a raison, ça sera une formidable raison d’avoir le boulard. On en reparle dans neuf mois.

Lire la suite ‘2014/2015 : CE QUI VA CHANGER (OU PAS) TACTIQUEMENT’ »

Même l’Allemagne s’y met. Au pays du Bomber, la Nationalmannschaft s’est envolée pour le Brésil avec Miroslav Klose comme seul “véritable attaquant”, ou “neuf de métier” comme disent certains. Et pour fesser le Portugal (4-0), Miro est resté sur le banc, regardant Thomas Müller endosser ce rôle de “neuf” que Guardiola lui avait déjà confié quelques fois. Formé en pointe, épanoui côté droit, inventeur d’espaces plutôt que pivot mais exécuteur plein de sang-froid dans les seize mètres, Müller est “neuf de métier” pour les uns, “faux neuf” pour les autres. Une expression dont la naissance est aussi floue que la fonction qu’elle définit. Genèse d’un rôle insaisissable et d’une définition inévitablement imparfaite. Lire la suite ‘FAUX 9, FAUSSE NOUVEAUTÉ ET TERMINOLOGIE FAUSSÉE’ »

La Coupe du monde 2010 nous avait habitués à des scénarios unidimensionnels. Seules quatre de ses soixante-quatre rencontres avaient été remportées par l’équipe initialement menée au score. Avant les affrontements de ce lundi soir, le Mondial brésilien nous a déjà offert cinq retournements de situation en onze matchs.

Lire la suite ‘ANATOMIE D’UN RETOURNEMENT DE SITUATION’ »

La Coupe du monde bat son plein, mais il n’est jamais trop tard pour jeter un oeil dans le rétroviseur et relever les grands enseignements tactiques de chaque championnat européen, avec ses satisfactions et ses déceptions. Voici compilés les bilans tels que parus sur Les Cahiers du Football, avec en bonus les articles publiés au fil de la saison ici bas. Lire la suite ‘LES BILANS EUROPÉENS’ »

Au bout d’une saison européenne dominée par les clubs espagnols, c’est finalement Carlo Ancelotti qui l’a emporté sur Diego Simeone. Grâce à ses choix, mais aussi parce que les joueurs d’El Cholo étaient particulièrement éreintés, et peu aidés par la décision d’inclure Diego Costa. Lire la suite ‘REAL – ATLÉTICO, UNE FINALE DECIDÉE PAR LE COACHING’ »

Quand on ne mène au score que d’un seul but, il y a plusieurs manières d’agir. On peut ne rien faire de particulier, en laissant les mêmes hommes sur le terrain ou en les remplaçant par d’autres au profil similaire. L’idée : ne pas changer ce qui a marché jusque-là. On peut aussi faire entrer des éléments offensifs, soit pour presser l’adversaire et l’empêcher de trop attaquer, soit pour profiter des contres. On peut enfin verrouiller, faire entrer des joueurs à vocation défensive pour fermer la boutique. Mais cette stratégie, qui est la plus couramment utilisée, ne marche pas toujours. Et encore moins dans des oppositions entre grands et petits, comme l’a prouvé le match entre Valladolid et le Real Madrid.

Lire la suite ‘MENACE ET MESSAGE : QUAND LE CONSERVATISME CRÉE LE DANGER’ »