CAUSERIE

Pour ses détracteurs, le football se résume à un jeu simple, donc simpliste : vingt-deux abrutis courent après un ballon pendant 90 minutes. Mais les vrais savent que derrière les déplacements maladroits d’un ailier tricoteur, derrière les transversales foireuses d’un latéral fatigué, derrière les appels dans le vide d’un attaquant malchanceux, derrière le replacement tâtonnant d’un défenseur vieillissant… derrière tous ces mouvements d’apparence erratique se cache une vérité toute autre : au football, tout est sensé.


Les détracteurs se trompent de cible : la question n’est pas tant de savoir “pourquoi” ces vingt-deux abrutis courent dans tous les sens, mais plutôt “comment”. Tels des atomes, les joueurs sont ordonnés dans l’espace par la tactique, qui a pour but de capitaliser sur les forces individuelles et/ou à réduire celles de l’équipe adverse et qui évoluera en fonction des aléas du jeu et des vélléités individuelles. Ainsi, la tactique fait figure de Grand Architecte, comme planant au-dessus de tout match, du préau à la finale d’une Coupe du Monde.

OBJECTIFS DE LA SAISON

A l’heure où l’individualité ne cesse de prendre le pas sur le sacro-saint collectif, et dont la mascarade du Ballon de Guinness n’est que le dernier avatar, il nous semblait nécessaire de revenir à ces fameux fondamentaux que les joueurs avalent depuis l’enfance. Si la tactique n’est rien sans la technique, l’inverse est tout aussi vrai, et on a trop souvent tendance à l’oublier. Le football est jeu simple : rien ne sert de courir, ou de vouloir dribbler la moitié de l’équipe adverse… Il suffit de passer la balle à point, et à la bonne personne.

Voilà la philosophie des Dé-Managers : ne pas se focaliser sur les à-côtés plus spectaculaires mais comprendre le football sous un prisme tactico-technique. D’excellents blogs traitent déjà le sujet (Chroniques Tactiques, Faute tactique pour les francophones), mais ils se consacrent davantage sur l’analyse d’un match ou d’une équipe donnée.

Sans renier cette approche, notre regard de Dé-Managers portera plutôt sur une méta-analyse technico-tactique, envisageant cette facette du football dans une dynamique plus globale. Qu’est-ce qui fait le football d’aujourd’hui ? Comment est-il susceptible d’évoluer ? Quels sont les facteurs qui contribuent à sa mutation ? Nous serons également amenés à réagir à des faits d’actualité en les envisageant sous le prisme tactique, afin de lancer débats et réflexions, sans pour autant se prendre trop au sérieux. Sans oublier les grands fondamentaux tactiques, qui méritent mieux que le traitement que les médias leur réservent actuellement… Qu’est-ce qu’une défense à trois ? Pourquoi joue-t-on avec un faux numéro neuf ? Comment jouer avec un seul récupérateur… Autant d’interrogations qui donnent à comprendre une certaine élégance du football, trop souvent dénigrée au profit du seul spectacle.

L’ÉQUIPE-TYPE

Nous sommes quatre amateurs attentifs du football aux goûts variés, mais qui se retrouvent sur un point : l’analyse tactique, bien qu’en plein développement sur Internet (et avec talent), reste globalement sous-exploitée. Basique ou technique, elle vise souvent à légitimer un score, mettant de côté les aspects généraux intangibles.

Entre vulgarisation, analyses et commentaires, nous souhaitons redonner aux grandes discussions tactiques l’odeur du gazon, et en faire une porte d’entrée plutôt qu’un long couloir mal éclairé. Pour mieux nous connaître, voici une rapide présentation individuelle. Chaque réponse fera l’objet d’un article au fil des semaines.

NB : l’équipe-type est évidemment ouverte aux transferts, histoire de doubler les postes, mais les scouts sont très exigeants.

Raphaël Cosmidis
- Un geste : La passe en profondeur entre le latéral et le défenseur central.

- Un joueur : Mesut Özil / Francesco Totti.
- Un entraîneur : Rafael Benitez.
- Un match : Italie-Espagne (1-1), Euro 2012.
- Une tactique : Le 4-3-1-2 et toutes celles qui placent un joueur derrière les attaquants.

Christophe Kuchly
- Un geste : La passe en retrait au gardien.

- Un joueur : Andrés Iniesta.
- Un entraîneur : Marcelo Bielsa.
- Un match : Argentine-Serbie (6-0), Coupe du Monde 2006.
- Une tactique : Le 4-3-3.

Philippe Gargov
- Un geste : Le tacle sans se jeter.
- Un joueur : Le corps de Lorik Cana, le cerveau de Sergio Busquets.
- Un entraîneur : José Mourinho.
- Un match : Argentine-Grèce (2-0), Coupe du Monde 2010.
- Une tactique : Le 3-5-2. Celui qui n’est pas un 5-3-2 dissimulé.

Julien Momont
- Un geste : La feinte de frappe.
- Un joueur : Xavi.
- Un entraîneur : Jean-Claude Suaudeau.
- Un match : Angleterre - Hongrie (3-6), match amical, 1953.
- Une tactique : Le 4-3-3.

Les Dé-Managers

3 commentaires

  1. whole of life insurance quotes dit :

    After checking out a handful օf thе blog articles on yoսr
    website, I ѕeriously аppreciate yoսr technique ߋf
    writing a blog. I added it to mƴ bookmark webpage list ɑnd will
    be checking back soon. Take a look ɑt my web site as well and tell mе how you feel.

  2. annonces algerie dit :

    Bonjour , bon article .

  3. semilla autofloreciente feminizada dit :

    Esto eran un grandioso problema sobre todo para las personas que consumen Marihuana medicinal y
    que dedicaban tiempo y dinero a su propia colecta.

Répondre