Archive for janvier, 2014

La période des invités continue avec Ryan Chase (@Chase_Ryan). Intéressé par le champ tactique et suiveur assidu du Real Madrid, le trilingue discute du football en espagnol, en français ou en anglais sur Twitter. Aujourd’hui, il dépasse les 140 signes et explore le vocabulaire footballistique.

***

Que signifie “bien jouer”, cette expression si commune, entendue dès qu’il y a du football à proximité ? Au premier abord, la formule paraît simple. Pourtant, son utilisation fait rarement le lien avec une idée claire. Quel que soit l’émetteur (entraîneur, spectateur, joueur, journaliste), retrouver un sens concis derrière le message est compliqué. L’idée est confuse. Lire la suite ‘L’EXPRESSION “BIEN JOUER” A-T-ELLE UN SENS ?’ »

Le meilleur moyen de ne pas encaisser de buts reste de ne jamais ouvrir de fenêtre d’opportunité pour l’adversaire. En pratique donc, d’avoir la possession du ballon suffisamment loin de son but pour ne pas risquer de danger direct, même en cas de mauvais choix. C’est ce que l’Espagne championne du Monde en 2010 a illustré à la perfection : une fois l’avantage pris, il suffit, si l’on peut dire, de faire une passe à dix dans le camp adverse sans bouger le dispositif tactique pour être tranquille. Derrière ce cas particulier se trouve une nouvelle constante : la défense échappe de plus en plus aux défenseurs.

Lire la suite ‘LA DÉFENSE PAR L’ATTAQUE : LA MUTATION DES STOPPEURS’ »

Sébastien Chapuis (@sebluelion) est passionné par la tactique, et particulièrement par la Premier League (si, c’est possible). Grand suiveur de Chelsea, il entraîne également des équipes de jeunes et participe à l’émission “The Specialists” sur Canal+ depuis quelques mois. Le blog accueille aujourd’hui ses mots à propos d’un joueur qui intrigue.

***

Installé dans un fauteuil depuis son arrivée au club, Juan Mata a vu son statut être remis en question par José Mourinho dans le processus de mise en place d’un plan de jeu qui se veut moins court-termiste que ceux de Roberto Di Matteo et Rafael Benitez, tout en prenant fondation sur des bases plus solides que le “projet” d’André Villas Boas. Élu deux fois de suite meilleur joueur d’un club qui a achevé les deux dernières saisons à 25 puis 14 points du champion, le petit espagnol est à la croisée des chemins entre ses limites et les ambitions retrouvées de son club. Après six mois de spéculation sur les choix de son manager et sur l’intérêt d’autres grands clubs européens – notamment le PSG de Laurent Blanc – il est temps de faire un point sur la situation de Juan Mata. Lire la suite ‘DE LA MATAPHYSIQUE D’UNE RELATION’ »