Si la plupart des techniciens ont des principes, leur idéologie footballistique s’avère souvent élastique. En particulier lorsqu’ils ne disposent pas de moyens colossaux pour façonner leur effectif selon leurs utopies tactiques. Rudi Garcia ne dispose pas de ces moyens colossaux à Rome mais il fait partie d’une communauté de penseurs radicaux, finalement plutôt restreinte : les fanatiques de la possession, du jeu court, des gammes répétées au milieu de terrain.

LE JOUR D’APRÈS

Popularisée par le Barça de Pep Guardiola, la possession ne possède plus la même aura angélique depuis quelques temps. Le Borussia Dortmund a offert un autre football, et les Catalans, touchés par le cancer de Tito Vilanova, se sont résolus à un compromis nommé Tata Martino. Un jeu plus direct que ses prédécesseurs, tout en conservant néanmoins les idées fédératrices depuis Cruijff. Rudi Garcia profite du bonheur d’arriver quelque peu après la bataille, et après Zdenek Zeman, plus fasciné par le jeu ultra direct que par l’imperméabilité de ses équipes. La Roma a concédé 56 buts la saison passée, soit la quatrième pire défense de Serie A.

La première tâche de Rudi Garcia sera de redonner à la Louve une sécurité défensive, absente sous Zeman et qui vit la Roma se faire rattraper au score malgré parfois deux buts d’avance. Le premier match de la saison, disputé à Livourne dimanche soir, a permis à l’Italie d’apercevoir un bon échantillon du travail de l’ancien entraîneur de Lille. Plus de 67% de possession, 17 tirs pour la Roma contre 5 pour Livourne, 535 passes contre 191, et surtout 168 réalisées dans les 30 derniers mètres adverses, pour une victoire 2-0. Certes, l’adversaire était un promu, mais le match a parfaitement énoncé la saison de la Roma à venir, son fonctionnement en tout cas, sans envisager sa réussite ou son échec.

À Lille, là où ses idées de jeu ont été les mieux appliquées, Garcia avait bâti un effectif capable de contrôler le jeu et d’exploser sur les ailes. Le 4-3-3 champion de France alignait un milieu mobile et technique par la présence de Balmont et Cabaye, des duos sur les ailes susceptibles de combiner pour créer un décalage par leur qualité de passe et de dribble ainsi que leur vitesse pure. Garcia avait par ailleurs hérité d’un club sur la pente ascendante, là où Claude Puel l’avait laissé.

RECONSTRUCTION

Désormais exporté, Rudi Garcia doit faire avec. Avec les départs de Marquinhos, Osvaldo et probablement Lamela. Le meilleur défenseur du club, son meilleur buteur et son joueur le plus prometteur partis. Garcia se retrouve finalement dans une situation similaire à son collègue Brendan Rodgers, également fidèle de la possession, il y a un an. Débarqué à Liverpool en 2012, le Nord-Irlandais a découvert un effectif différent de ses besoins. La restructuration de l’équipe est toujours en cours, mais à force de coups (Coutinho et Sturridge à petits prix cet hiver, Kolo Touré libre cet été), les indésirables sont filtrés, les compatibles demeurent.

Garcia bénéficie cependant d’une équipe fonctionnelle et, comme Liverpool, la Roma a su viser juste. Mehdi Benatia, venu de l’Udinese, et Kevin Strootman, en provenance du PSV, forment deux garanties. Benatia a prouvé son talent en Italie et Strootman, à 23 ans, est une recrue de classe, presque surprenante pour la Roma, habituée à laisser filer les cibles les plus prisées depuis quelques années. Maicon est arrivé libre - peut-être le meilleur recrutement de l’été romain tant sa forme physique semble digne de ses glorieuses années -, De Sanctis n’a coûté que 500 000 € pour remplacer dans les buts Stekelenburg, parti lui pour 5,6 M€ à Fulham. Au total, la Roma a recruté quatorze joueurs, vingt-cinq ont eux quitté le club. Le remodelage de l’effectif est bien entamé.

Le onze choisi par Garcia ce week-end se présente de cette façon (de droite à gauche) : De Sanctis - Maicon, Benatia, Castan, Balzaretti - Pjanic, De Rossi, Bradley - Florenzi, Totti, Borriello. Castan en attendant éventuellement Sakho, et Borriello jusqu’à ce que Gervinho soit intégré (l’Ivoirien est entré en jeu à la 60ème à 0-0, sept minutes plus tard, la Roma menait 2-0).

IMPERATOR RUDI

Garcia s’appuie déjà sur les mêmes marottes que par le passé. Les latéraux sont placés très haut, et chaque membre du socle triangulaire au milieu a un rôle précis. De Rossi se charge de la première relance et de la destruction du jeu offensif adverse, Bradley est son complément, comme pouvait l’être Balmont à Mavuba, facilite la circulation, se distingue par son mouvement constant. Pjanic, comme Cabaye ou Martin, est le plus haut placé, celui à qui est attribué le plus de responsabilités offensives. Avec succès pour le moment : l’ancien Lyonnais a créé trois occasions face à Livourne. Un domaine où la Roma a excellé pour sa première représentation, tirant huit fois dans la surface adverse.

Ici, les positions moyennes des joueurs romains. Les latéraux sont placés aussi haut que les milieux Bradley et Pjanic, et forment ainsi une ligne de quatre qui transforme la Roma en 3-4-3 (voire en 2-5-3 pour les plus optimistes) en phase offensive. De Rossi fait office de troisième central dans ces cas-là, comme le fait Busquets au Barça et comme l'a fait Schweinsteiger face à Nuremberg ce week-end. L'influence des joueurs est représentée par la taille de leurs noms sur le terrain. (via StatsZone)

L’attaque, elle, est encore en chantier, mais elle dessine déjà un certain circuit : l’implication des latéraux dans la circulation rapide du ballon pour servir Totti dans des conditions optimales afin qu’il serve à son tour les attaquants excentrés. Avec Florenzi, un joueur d’appels (le malin a réussi à se défaire l’épaule en essayant d’enjamber un panneau publicitaire), Gervinho pour gagner ses duels et Totti pour abreuver de ballons ces deux-là, l’espoir doit naître en leur entraîneur que l’éventail large et varié de leurs qualités respectives devrait désarmer plus d’une ligne défensive.

Plus que tout, la réussite d’un système estampillé Rudi Garcia repose sur la densité de son équipe sur la pelouse. La Roma jouera haut, et il s’agira donc de réduire l’espace entre les lignes, de nier la réorganisation de l’adversaire pour récupérer le ballon rapidement, et comme sur le but de De Rossi, surcharger le camp adverse, ne pas accorder de temps au replacement. La possession de balle a pour but d’assurer une domination territoriale, elle repousse l’adversaire loin des zones dangereuses, et vers son but. Les joueurs de Livourne furent aux premières loges pour admirer la frappe de De Rossi. Mais quand même un rang trop loin pour la bloquer.

Quelques secondes plus tôt, Florenzi a frappé le poteau sur un service de Totti dans la profondeur. Grâce au pressing de Gervinho, la Roma a récupéré le ballon immédiatement. Elle revient rapidement vers le but avec huit joueurs dans les 30 derniers mètres, soit autant que Livourne. Les adversaires reculent, et De Rossi, hors du plan juste avant, vient à la hauteur de Totti pour tenter sa chance. Les deux joueurs de Livourne entre Totti et lui sont déjà dépassés. Balzaretti et Maicon étaient également disponibles.

Savoir si Rudi Garcia répondra aux exigences de la Serie A est encore une question sans réponse. Ses joueurs semblent en tout cas déjà répondre aux siennes et comprendre ses intentions. Dans un championnat progressivement envahi par les défenses à trois et les milieux à cinq, la souplesse du 4-3-3 de Garcia est un réel atout. Et sa Roma une formation malléable à ses désirs : avec 535 passes, elle a construit plus que n’importe qui en Italie lors de cette première journée (la Juventus suit avec 488). Une tendance qui devrait durer.

Raphaël Cosmidis

13 commentaires

  1. Bobby dit :

    Très instructif. Merci

  2. couker dit :

    Super analyse du renouveau du jeux romains grâce aux idées de Garcia. Je pense qu’il faudra refaire un point dans quelques mois pour voir si tout a été fait comme décrit.
    En tout cas bravo c’est très intéressant

  3. Ben dit :

    Pareil, très bonne analyse, très intéressant. Ca change de la soupe servie sur l’Equipe!

  4. jAX dit :

    Je n’ai pas encore vu la nouvelle Roma mais Totti décroche toujours ? Dans ce cas on a parfois, en phase offensive, un milieu à “6 hommes”.

    Sur le plan défensif ce sera intéressant de voir comment il vont gérer les équipes à trois défenseurs aussi.

  5. Blingice dit :

    J’aimerais bien avoir votre avis sur la tactique de Nice, l’année dernière ou cette année. Je sais pas si ce serait intéressant mais bon … (en tout cas moi ça m’intéresserait)

  6. marcin dit :

    Je ne comprends pas trop le rôle
    de Gervinho dans le dispositif.
    À vrai dire je ne connaissais pas le jeu Lillois de l’époque, mais comment peut il être efficace à la Roma ?
    Certes physiquement il tient le choc, mais tactiquement ne va t il pas s’enfermer dans un schéma répétitif ?

  7. Gabi Rafa Marquez dit :

    Merci pour cette analyse!
    Vraiment curieux de voir sur le long terme comment Totti, qui reste un joueur unique en son genre, va s’adapter dans ce schéma. A moins que ce soit l’inverse et que le schéma s’adapte à son style si particulier?

  8. Raphael Cosmidis dit :

    Premièrement, merci pour les compliments, ça fait toujours plaisir et ça motive énormément à écrire, encore et encore.

    @jAX : oui Totti décroche toujours, il joue en faux n°9 comme il le faisait sous Spalletti, et en effet ça a pour conséquence “l’overload” du milieu adverse.

    @Blingice : Pas vu beaucoup de matchs de Nice ces derniers temps (si ce n’est le retour contre Limassol), on essaiera de faire quelque chose cette saison.

    @marcin : tout l’intérêt de Gervinho, c’est de créer des décalages en gagnant un, deux duels de suite, une qualité que peu de joueurs ont finalement. Utile quand l’adversaire est très reculé, et également en contre de par sa vitesse.

    @Gabi Rafa Marquez : le football s’adapte à Francesco Totti. À lire : http://cahiersdufootball.net/blogs/les-de-managers/2013/04/15/totti-quand-la-tactique-nest-plus-pertinente/

  9. Damien dit :

    Très intéressant. Merci.

  10. Matthieu dit :

    @Raphael : merci … Et deux ans après vous nous referiez une analyse du jeu de la Roma ??? J’en serai ravi!!

  11. Clair Marquette dit :

    House Lawyers… [...]just below, are some totally unrelated sites to ours, however, they are definitely worth checking out[...]…

  12. Wilburn No dit :

    I truly got into this article. I found it very interesting and loaded with unique points of interest. I like to digest material that makes me think. ThanksThank you for sharing this great content.

  13. Wilburn No dit :

    I really got into this post. I found it to be interesting and loaded with unique points of interest. I like to digest material that makes me think. ThanksThank you for writing this great content.

Répondre