Eric Rolland, le directeur médical, m’attendait.

Son bureau possédait un siège suffisamment confortable pour encaisser les chocs. Les résultats de mes derniers tests physiques l’inquiétaient. Du trio de tête, j’avais rétrogradé dans les positions reculées.

« Quelque chose te tracasse en ce moment ? Tu veux en parler ?

- Non.

- Notre psychiatre a l’habitude des personnes de ton âge.

- Ca va, sérieux !

- Je te trouve renfermé quand je te croise à la cantine. Tu es là sans l’être vraiment ; j’ai l’impression que tu subis les discussions.

- Un peu, mais…

- Tu as perdu un parent, récemment ?

- Pas du tout ! Qu’est-ce qui vous prend ?

- Je me fais du souci, tout simplement. Tu pèses soixante-seize kilos. Vu ta taille, c’est beaucoup trop. Manges-tu équilibré ?

- Oui. Soit des pizzas, soit des kebabs.

- Avec des légumes ?

- Je les enlève si j’en trouve.

- Si tu le souhaites, je peux t’envoyer en cure à Merano. Ils accueillent énormément de sportifs dans leur centre de remise en forme. Ils les font courir de cinq heures le matin à six le soir.

- Ca me paraît beaucoup.

- Les bergers allemands t’aideront.

- Comment est la bouffe ?

- Excellente. Aimes-tu les branches de fenouil ?

- Pas vraiment.

- Et les branches, en règle générale ?

- Je suis pas super convaincu, en fait.

- Ils peuvent aussi ré-oxygéner ton sang à partir de graisses animales.

- Ca a été testé sur des animaux ?

- Seulement sur des arbres.

- Je vais me débrouiller seul, je crois.

- Qu’est-ce qu’on te donne ici, Kevin ?

- Comment ça ?

- Pour avancer. Qu’est-ce qu’on te donne ?

- Des claques.

- Pour être en forme, tu prends quoi ? Des vitamines ? Des amphétamines ? Des stéroïdes ?

- Non, rien de tout ça.

- Ah oui ? Étonnant. »

Il ouvrit un tiroir et en sortit une boîte de pilules de toutes les couleurs.

« Framboise ? Cassis ? Sers-toi !

- Qu’est-ce que c’est ?

- Ce sont des pilules énergétiques.

- De la drogue ?

- De la… Kevin ! Allons ! Un peu de sérieux ! Nous ne sommes pas en Afrique ! On fait les choses sérieusement, ici ! Ce sont des vitamines mélangées avec des produits de la campagne.

- Des carottes ?

- Des OGM, essentiellement.

- Je suis moyennement emballé.

- Il te faut reprendre des forces ! J’ai reçu du bois de cerf de Chine, ce matin. Croque, tu m’en diras des nouvelles ! »

Nous avions été contrôlés au début de la saison. Nos analyses de sang et d’urine n’avaient rien révélé d’anormal. Se dopait-on au PSG ? Les médecins nous assuraient que les transfusions qu’ils pratiquaient servaient seulement à faciliter la récupération entre les matches. Lors des repas, les cuisiniers glissaient des granules blanches et ovales dans nos purées. J’avais mené ma petite enquête sur les forums de Doctissimo : selon les experts (et notamment Chantal92), il ne s’agissait que de compléments alimentaires. Mes coéquipiers en réclamaient parfois avant de pénétrer sur le terrain. Les doses ingurgitées étaient si mimines que le produit ne pouvait faire effet. Peut-être prenaient-ils des placebos sans le savoir. Ils avaient alors l’impression d’être supérieur à l’adversaire, même s’il n’en était rien. C’était une façon comme une autre de se motiver. De toute façon, depuis quand le dopage aidait-il à mieux contrôler un ballon ?

« Alors ? Elles ne vous plaisent pas, mes pilules ? »

En rentrant, j’avais prévu de poursuivre ma partie de Football Manager. J’étais en plein mercato. Je cherchais un défenseur gauche âgé de moins de vingt ans, susceptible de dépanner à droite, d’une valeur de cinq millions d’euros maximum. Je n’avais joué que trois heures, la veille, et même si j’avais déjà quelques noms en tête, je devais absolument prolonger mes recherches en Amérique latine. Il me fallait absolument le recruter avant ce soir afin d’avoir l’esprit tranquille et pour pouvoir me concentrer à nouveau sur mon travail.

« Pistache ? Chocolat, peut-être ? »

J’étais clairement en manque, ça oui.

« Je vais vous en prendre une, docteur. Juste une seule. »

8 commentaires

  1. Lucas dit :

    Dans la lignée des plus grands. Il me rappelle l’épisode de la pizzeria de la rue Patrick Topalof avec l’engeulade entre Maké et Sakho. Un écriture merveilleuse comme toujours

  2. Babidus dit :

    J’esperais me LE faire ????

  3. maxime dit :

    Le paillasson. Ok, ok, c’était une faute.

  4. Baptiste dit :

    Ptet un jeu de mots que je capte pas, mais “on baisse, quoi”?

    Sinon parmi les meilleurs épisodes, du grand art!

  5. la menace chantôme dit :

    Psychédélique

  6. Best iphone5 Case dit :

    After looking over a handful of the blog articles on your web site, I truly like your way of blogging. I book marked it to my bookmark website list and will be checking back in the near future. Take a look at my website too and tell me how you feel.

  7. Abercrombie dit :

    Da stili classici ma sobria che si basano su colori neutri e disegni di veramente stili occhio popping e innovativi che caratterizzano gli ultimi look per pezzi di tempo, si è sicuri di trovare proprio quello che serve per tutte le vostre occasioni importanti.

  8. Brent Winfree dit :

    I don’t really treatment how or after i get the Letters while in the Mail. Each time it arrives, it feels like a letter really should be. It really is suddenly there in my mail box a person day. A good, tangible surprise. I’m for you accomplishing whatever you desire when you send it. Mix it up for the men and women who aid get it sent out. Include crumbs from your lunch. Coffee stains. Whatever. Hold the wearisome nature of getting letters out to the minimum by accomplishing whatever you feel like that day. The arrival from the letter plus the words of your author inside are what matters. Personally, what I like finest in regards to the Rumpus is that I under no circumstances really know what I am going to study that day. Or if there isn’t one that day, probably it is due to the fact Stephen could not find anything to convey or there was too substantially happening.

Répondre

CDF
Kevin Kohler